Après des mois d’exposition à la contamination des agents au contact du public, notamment des jeunes enfants, et suite à nos multiples demandes, le gouvernement vient (enfin!) d’annoncer une priorité vaccinale pour certains personnels de l’Education, de la petite enfance et des forces de sécurité (voir la liste dans ce courrier de la ministre de la fonction publique).

La portée de cette annonce doit cependant être relativisée car elle ne concerne que nos collègues de plus de 55 ans, déjà éligibles à la vaccination selon le seul critère d’âge, pour lesquels le gouvernement propose simplement « d’ouvrir des créneaux dédiés en centre de vaccination ».

La mise en place concrète de ces créneaux comme le périmètre des personnels pouvant y accéder restent floues et doivent donc être précisés. C’est la raison pour laquelle la FSU 28 s’est tournée vers madame l’Inspectrice d’Académie qui nous a indiqué ce vendredi 16 avril :

  • que des créneaux supplémentaires de vaccination seraient ouverts dans un seul centre de vaccination du département pour ces professionnels prioritaires,
  •  que ces créneaux seraient accessibles depuis la plateforme dont les coordonnées sont communiquées par mail et sms aux collègues concernés (pour les personnels de l’Etat),
  •  que seuls les personnels enseignant-e-s, AESH et quelques AED de plus de 55 ans sont éligibles à la vaccination dans le département ainsi que les ATSEM mais pas les ATTEE (agents des collèges et lycées),
  •  que, pour l’instant, à sa connaissance, seule la vaccination avec le produit du laboratoire AstraZeneca est proposé dans ce cadre,
  •  qu’au total pour le département cela représentait 1033 personnes pouvant accéder à la vaccination (personnels de l’Education Nationale : enseignants et AESH),
  •  que, pour la vaccination après le 26 avril c’est-à-dire sur le temps de service, rien n’est à ce jour défini.

Pour la FSU, ces dispositions sont nettement insuffisantes :

  • car elles ne concernent qu’une toute petite partie de la communauté scolaire. C’est pourquoi nous allons continuer d’intervenir auprès des autorités académiques et sanitaires pour que soit élargi le champ de cette offre de vaccination à l’ensemble des professionnels de la communauté scolaire (AED, personnels de direction, Psy-EN, ATTEE etc…) et de l’Enfance (assistant-e-s familiaux du Conseil Départemental notamment)…
  •  car la vaccination ne saurait suffire à garantir une reprise dans des conditions sanitaires satisfaisantes à partir du  26 avril : il faut aussi des mesures adaptées dès le premier cas Covid avéré, une amélioration et une amplification de la politique de tests, des moyens de remplacement pérennisés et des moyens supplémentaires pour la rentrée 2021 en annulant les suppressions de postes dès maintenant..

Pour que nos interventions puissent aboutir, il est urgent de signer, faire signer et diffuser la pétitionReprise le 26 avril : agir rapidement !

 Nous vous tiendrons informer du résultat de ces interventions dans les jours qui viennent.