Veuillez trouver ici une tribune publiée ce jour dans Libération intitulée “Frais d’inscription des étrangers : l’urgence de l’égalité”.

L’UNEF est à l’origine de cette tribune, notamment signée par Benoit Teste, secrétaire national de la FSU.

L’université d’Orléans est -malheureusement- citée dans cette tribune puisqu’elle fait partie des 4 rares établissements dont le président a décidé d’appliquer partiellement le décret en imposant un tarif de 2 770€ en licence 1 et 2 (contre 170 euros)  pour tou-te-s les étudiant-e-s étranger-e-s hors UE néo-arrivante-s, contribuant à mettre ces mêmes étudiant-e-s en difficulté lors du confinement.

Cette tribune est d’actualité car, ce 12 juin, le Conseil d’Etat doit se prononcer sur le plan gouvernemental si hypocritement dénommé «Bienvenue en France» à destination des étudiant-e-s étranger-e-s et indiquer si les exorbitants droits demandés aux étudiant-e-s hors UE sont des frais “modiques” ou non.