Action des retraités du 10 mars : déclaration départementale unitaire FSU/CGT et photos

vendredi 25 mars 2016
par  FSU 28
popularité : 7%

Assez de reculs sociaux,

Les retraités comme l’ensemble des salariés, subissent la dégradation de leurs conditions de vie.

Ils ont travaillé des années pour avoir une retraite décente. Depuis plusieurs mois ils se mobilisent pour leur pouvoir d’achat.

A l’appel des organisations syndicales, le 24 novembre dernier, malgré les restrictions du droit à manifester les retraitées ont fait connaître leurs revendications.

Aujourd’hui, à nouveau, nos organisations interpellent ensemble le ministre des finances dans une lettre ouverte. Elles souhaitent le rencontrer et obtenir le rétablissement de la ½ part fiscale aux veuves et veufs et la défiscalisation de la majoration de pension de 10% pour les retraités ayant élevé 3 enfants ou plus.

Elles appellent à agir ce 10 mars contre la baisse du pouvoir d’achat, résultat du cumul de plusieurs décisions politiques et de l’ensemble des réformes qui se sont succédées depuis 25 ans.

Le gel des pensions dure depuis avril 2013. L’aumône de 0,1 % du 1er octobre 2015 qui représente 1€ de plus pour une pension de 1000 € est une honte.

L’indexation des pensions sur les prix fait qu’elles évoluent plus lentement que les salaires, évoluant eux-mêmes souvent plus lentement que les richesses créées. Entre 2003 et 2010, les pensions ont augmenté de 11,6 % et les salaires de 17,1 %.

De plus l’évolution de l’indice des prix s’appuie sur un « panier » qui ne correspond pas aux dépenses réelles et en particulier au poids des dépenses contraintes : santé, assurance, énergie, logement, transport… Ces dépenses contraintes représentent 75% du budget des ménages les plus modestes.

L’augmentation de la fiscalité touche particulièrement les retraité-e-s :

La contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) « taxe » de 0,3 % est versée par les retraités imposables.

La suppression de la ½ part fiscale aux veuves, veufs et parents isolés ayant élevé un enfant ainsi que l’imposition de la majoration de 10% pour les retraités ayant élevé 3 enfants ont augmenté la pression fiscale des retraités imposables et ont rendu imposables des retraités modestes qui ne l’étaient pas auparavant.

Ajoutons à cela l’augmentation pour tous, dont les retraités évidemment, de la TVA de 19,6+% à 20% et de 7 à 10%.

Pour ne pas subir il faut agir massivement car de nouvelles menaces se précisent :

Dans un rapport récent l’OCDE explique :

que les dépenses publiques de retraite restent élevées en France, à 14,4% du produit intérieur brut contre 10,3% en moyenne dans le reste de l’OCDE.

Les Français passent environ cinq ans de plus que la moyenne à la retraite. Retarder l’âge effectif de départ à la retraite doit devenir une priorité.

Les projections du Conseil d’orientation des retraites, qui alimentent les réformes, reposent sur des hypothèses trop optimistes. À terme, il faudra d’autres mesures pour arriver à l’équilibre.

L’OCDE préconise également d’accélérer la convergence entre les régimes pour améliorer la transparence du système et en faciliter la gestion.
Harmonisation des régimes : Si ce serpent de mer finit par sortir, ce sera évidemment un alignement par le bas : privé et public seront également pénalisés.

Le Comité de Suivi des Retraites (CSR) préconise une revalorisation des pensions, calculée non plus sur l’inflation, mais par un ajustement automatique des dépenses que représentent les pensions sur la masse salariale.

La cour des comptes avec prudence et sous couvert de moderniser et d’harmoniser les mécanismes de réversion pense qu’il faudrait revoir le système. Recul de l’âge d’ouverture des droits, plafonnement des conditions de ressources… sont entre autres des pistes envisagées

Pour ne pas subir il faut se mobiliser pour :

Une revalorisation des pensions en fonction de l’augmentation du salaire moyen.

Aucune pension inférieure au Smic pour une carrière complète.

La défense des pensions de réversion leur déplafonnement dans le régime général.

Le retour à une revalorisation annuelle des pensions

Le rétablissement de la demi-part fiscale aux veuves et veufs.

L’exonération fiscale de la majoration familiale (trois enfants et plus)

Pour ne pas subir il faut agir massivement car les ressources existent :

Les nombreuses exonérations de cotisations sans contrepartie privent le système de ressources.

La fraude fiscale prive chaque année le pays de 60 à 80 milliards d’euros

Une étude de la CNAV démontre que l’égalité salariale entre les femmes et les hommes apporterait 5 milliards de ressources supplémentaires par an au régime des retraites et permettrait également aux femmes d’avoir de meilleures pensions !

Depuis trois décennies, la masse salariale globale annuelle a baissé de 5 points de PIB. Autant de cotisations en moins…

Le contournement des augmentations salariales par des systèmes variés de primes, bonus … échappant aux cotisations vont dans le même sens.

Notre mobilisation unitaire et les revendications qu’elle porte ne sauraient être entendues comme la manifestation et la défense d’intérêts catégoriels ou générationnels. Les retraités dans la rue aujourd’hui dans tous les départements de France refusent pour eux et pour les générations qui suivent les régressions imposées. Les retraités ne sont pas les prédateurs des actifs mais bien les défenseurs solidaires d’acquis sociaux intergénérationnels.

Nous n’appartenons pas aux mêmes organisations et pouvons avoir des divergences mais ce qui nous unit aujourd’hui c’est le constat commun que toutes les réformes menées depuis 25 ans contre les systèmes de retraites au nom de la modernisation, de l’harmonisation et de la simplification, de l’adaptation à des réalités indépassables et sans alternative ont été porteuses de régressions inacceptables. Nous en sommes toujours plus les victimes mais nous ne l’acceptons pas et continuerons à combattre.

Aussi, nous ne saurions passer sous silence aujourd’hui 10 mars les contestations et actions diverses contre le projet dit de « réforme » du code du travail menées ces jours-ci. Elles nous semblent être justifiées par les mêmes choix politiques et économiques, défendues par les mêmes arguments : modernisation, simplification, adaptation et porteuses des mêmes régressions.

Nous appellerons très bientôt, à l’évidence, à de nouvelles actions.


Portfolio

JPEG - 156.9 ko JPEG - 119.5 ko JPEG - 123.5 ko

Coordonnées

Sites Nationaux
FSU
SNUipp
SNES
SNEP
SNESUP
SNUEP
E-Mail
FSU28
SNUipp28
SNES28
SNUEP28
FSU CG28

Notre adresse :
3 rue Louis Blériot
28300 CHAMPHOL

TEL 02 37 21 23 96
FAX 02 37 21 39 89

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois